Le Deuil

Dernière mise à jour : 17 déc. 2021

Qu'appelle-t-on un "deuil" ?

Toute transition marquant la vie d'une personne peut représenter un deuil. c'est un processus individuel suite à :

  • la perte d'un être cher,

  • la perte d'un animal,

  • la perte d'un emploi,

  • la transition d'un état à un autre, comme le handicap, la maladie lourde, ...

  • la transition d'une vie active à une vie sédentaire, comme la retraite, ...

  • une séparation amoureuse,

  • ...

La période de douleur et de chagrin qui suit le choc lié à la transition se déroule généralement en 5 phases :

  • Le déni,

  • la colère,

  • la négociation,

  • La tristesse,

  • l'acceptation.

Dans un deuil "idéal", une personne va passer par toutes ces phases et cela à son rythme. Cela peut être rapide (six mois), comme long (deux ans maximum en général), avec tout le continuum possible entre les deux. Le tout étant de ne pas rester "bloqué" dans une phase, ce qui empêche la résolution du deuil et, surtout, le passage à cette nouvelle élaboration psychique qui va permettre de continuer d'avancer dans la vie.


Trois formes de deuil

  • Le deuil normal : il se liquide assez rapidement en passant successivement par les 5 phases ci-dessus. Celles-ci s'effectuent grâce aux processus de désinvestissement, d'intériorisation et d'identification à la perte, de culpabilité puis de détachement final.

  • Le deuil compliqué : il se caractérise par un blocage du travail avec prolongation de la phase de tristesse, réactions de stress (avec possibilité de manifestations psychosomatiques graves) et passages à l'acte suicidaires particulièrement fréquents. La thérapie-brève par l'Hypnose est recommandée afin de débloquer la situation.

  • Le deuil pathologique : il débouche sur la maladie mentale. Ses critères sont un retard dans l'apparition de l'affliction puis une prolongation de son évolution au-delà de deux ans et une menace réelle sur la santé psychique. Il peut s'agir d'une véritable psychose mélancolique ou maniaque (manie de deuil avec négation de la perte) ou d'un deuil obsessionnel, ou encore d'une hystérie de deuil. Dans cette dernière forme, assez fréquente, l'endeuillé se comporte comme si le défunt était resté vivant. Il lui parle, garde sa place à la table des repas, son lit et sa chambre avec toutes ses affaires personnelles dans un cadre imaginaire de quasi-réalité, véritable lieu de survie.

Par ailleurs, l'identification au disparu se traduit par la reproduction plus ou moins inconsciente de ses symptômes, risquant d'aboutir à des troubles somatiques de conversion parfois très graves. L'identification est devenue immuable et nécessite que le patient soit pris en charge pour que son deuil puisse être remobilisé et réélaboré jusqu'à son évolution normale. La thérapie-brève par l'Hypnose est fortement recommandée pour débloquer la situation du patient.


Ainsi, les formes compliquées et pathologiques de deuil doivent être traitées le plus précocement possible, d'abord par des traitements spécifiques pour les états dépressifs ou maniaques par votre Médecin traitant ou par votre Psychiatre, puis par l'Hypnothérapie qui s'avérera très utile pour un travail de deuil et une réadaptation sociale et affective.


Il n'y a donc pas d'âge pour traverser cette étape de vie, qui elle, peut se répéter plusieurs fois tout au long de notre existence.

Les enfants ont davantage tendance à intérioriser leur chagrin face au deuil.


Prise en charge et accompagnement via l'Hypnose

L’Hypnose thérapeutique fait partie des médecines alternatives est une des pratiques recommandées pour accompagner une personne et un enfant. Le nombre de séances varie, il compte en moyenne 3 à 5 rendez-vous.


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout