LA COLERE : Mieux la comprendre

Dernière mise à jour : 17 déc. 2021

Il est normal de se mettre en colère de temps à autre. Cependant, si une personne est irritée la majeure partie du temps ou si elle a tendance à s’emporter rapidement et souvent, la colère peut alors être un problème. À mesure que nous vieillissons, il est important d’apprendre à maîtriser notre colère au lieu de la laisser nous contrôler.


À l’instar de toutes les émotions, la colère est complexe. Elle peut aller d’une simple contrariété à la rage, et varie d’une personne à l’autre et selon la situation. Le stress vécu à la maison, à l’école ou au travail peut aussi précipiter la colère chez une personne.


Les changements hormonaux majeurs qui se produisent pendant l’adolescence compliquent encore plus les humeurs et les émotions :

  • La colère peut parfois se manifester sans raison apparente, et sa manifestation soudaine et son intensité peuvent prendre tout le monde par surprise.

  • Les sentiments de colère peuvent souvent être présents sans aucune raison claire.

La colère peut dissimuler ou remplacer d’autres sentiments pénibles comme la peur, la douleur, la culpabilité, la jalousie, la frustration ou la honte.


Il est important que les jeunes apprennent à reconnaître et à exprimer la colère et d’autres sentiments pénibles de façon saine et constructive pour toutes les personnes concernées.


Gestion de la colère


La peur et la colère sont deux puissants facteurs motivateurs qui peuvent déclencher une réaction de lutte ou de fuite.

La fréquence cardiaque et la respiration peuvent s’accélérer, la personne peut rougir, serrer les mâchoires et les poings et élever la voix. C’est le corps qui se prépare à agir.


La question qui se pose est la suivante : quelle action suivra? Il est important de se rappeler que la colère, bien que puissante, est seulement une émotion. C’est ce qu’on en fait qui compte.


On peut gérer la colère de façon saine ou malsaine. Faire fi des sentiments de colère n’arrange rien et peut donner lieu à des sentiments d’amertume, de ressentiment et même de haine. En définitive, la colère cachée ou refoulée peut être dommageable pour soi et les autres.


Par ailleurs, les crises de colère ne règlent pas les problèmes. Au contraire, elles peuvent en créer. À tout le moins, elles peuvent être gênantes et au pire, elles peuvent créer des situations dangereuses. À la limite, la colère non maîtrisée peut aboutir à des actes de violence et ruiner la vie des personnes concernées.


Quand demander de l’aide


Il est normal d’être en colère de temps en temps.

Cependant, lorsqu’une personne montre les signes suivants, cela peut être problématique, et il sera peut-être nécessaire de demander de l’aide :

  • La personne a des sentiments de colère qui ne disparaissent pas, que ce soit au sujet de choses passées ou actuelles.

  • Elle se sent en colère contre elle-même.

  • Elle est facilement irritée ou de mauvaise humeur.

  • Elle se querelle ou se bat souvent.

  • Elle se sent tellement en colère qu’elle a envie de se faire du mal ou d’en faire aux autres.

La colère peut aussi être un signe d’autre chose, comme la dépression, l’anxiété, le fait d’être victime d’intimidation, ... Il est important de prendre ces signes au sérieux. Il peut être utile d’en parler à ses amis, à ses parents, à son médecin, à son thérapeute ou à d’autres personnes en qui on a confiance.


La colère est parfois bien enracinée et ses causes peuvent être très complexes. Il faut du temps et des conseils professionnels pour les comprendre et les résoudre.


La prise en charge


L’Hypnose est une des pratiques de médecine alternative recommandée pour accompagner cette personne, quelque soit son âge. Le nombre de séances varie, il compte en moyenne 3 à 5 rendez-vous, que ce soit en cabinet ou en visio.


La colère expliquée par David LEFRANCOIS



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout