La peur et l'anxiété

Dernière mise à jour : 17 déc. 2021

La compréhension de ces troubles est étroitement liée aux émotions de peur et d’anxiété. La peur est une émotion primaire éprouvée par l’individu lors de la confrontation avec un danger immédiat, par exemple la confrontation avec un prédateur.


Elle est toujours déclenchée par un objet déterminé et survient de manière circonscrite dans le temps. Elle peut être spontanée ou apprise, comme dans le cas d’apprentissages conditionnés. La peur se traduit aussi bien par des réactions physiologiques, telles que l’accélération du rythme cardiaque, que par des réponses comportementales, comme la fuite ou l’immobilisation.


De manière contrastée, l’anxiété peut exister en l’absence de danger immédiat ou de situations spécifiques. Elle réfère à l’état éprouvé lorsqu’un danger incertain ou d’autres événements négatifs sont susceptibles de se produire, et pour lesquels il n’existe aucune capacité de contrôle réel. Cet état se traduit par des réactions physiologiques voisines de la peur, mais moins exacerbées, et par l’apparition d’un sentiment d’appréhension. En outre, sur le plan de l’évolution, puisqu’elle concerne des dangers incertains, l’anxiété présuppose la capacité à se représenter des éléments absents et apparaît donc plus tardivement que la peur.


La peur et l’anxiété constituent toutes deux des expériences quotidiennes présentant une certaine valeur adaptative, elles peuvent cependant devenir chroniques et excessives. Ces états sont alors qualifiés de troubles anxieux.


Les troubles anxieux

Selon les systèmes de classification, il est aujourd’hui courant de distinguer les troubles anxieux suivants :

  • le trouble anxieux généralisé, caractérisé par une inquiétude excessive pour les activités et les événements du quotidien,

  • le trouble panique, caractérisé par la survenance répétée de crises paroxystiques de peur,

  • l’agoraphobie, caractérisée par une peur excessive et l’évitement de situations desquelles il pourrait être difficile de s’échapper ou rendant impossible un secours immédiat en cas de malaise,

  • la phobie sociale, caractérisée par une peur excessive et l’évitement de situations impliquant d’être exposé en public ou évalué par des pairs,

  • la phobie spécifique, caractérisée par une peur excessive et l’évitement d’objets ou de situations précises (par exemple, chien, dentiste, araignée, orages) et n’entrant pas dans le cadre de la phobie sociale ou de l’agoraphobie,

  • le trouble obsessionnel compulsif, caractérisé par la présence d’obsessions (des pensées envahissantes sources d’anxiété) ou de compulsions (comportement répétitif visant à diminuer l’anxiété),

  • l’état de stress post-traumatique, caractérisé par un émoussement de la réactivité générale à la suite d’un événement traumatique hors du commun (viol, catastrophe naturelle, attentat, agression, ...) et la reviviscence de celui-ci à partir de pensées ou d’images intrusives.


Les facteurs

Les facteurs psychologiques liés aux apprentissages de l’individu, tels que des réponses conditionnées ou des expériences traumatiques, ainsi que des facteurs cognitifs, comme la tendance à déployer une attention disproportionnée à des signaux indiquant un danger, dans le développement d’un trouble anxieux.


Les facteurs contextuels, tels que des événements de vie importants (divorce, décès d’un proche, changements professionnels, etc.), joueraient, quant à eux, davantage un rôle de catalyseur des différentes sources de vulnérabilité liées à l’anxiété.


La prise en charge : accompagnement

L’Hypnose thérapeutique fait partie des médecines alternatives est une des pratiques recommandées pour accompagner une personne et un enfant souffrant de troubles anxieux et/ou de peurs. Le nombre de séances varie, il compte en moyenne 3 à 5 rendez-vous, que ce soit en cabinet ou en visio.


Séance d'auto-hypnose "Calmer l'anxiété"


18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout