Qu'est-ce que le Burn out

Burn out : définition

Le burn out se traduit par un « épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel ». C'est un processus de dégradation du rapport subjectif au travail à travers trois dimensions :

  • l’épuisement émotionnel,

  • le cynisme vis-à-vis du travail ou dépersonnalisation (déshumanisation, indifférence),

  • la diminution de l’accomplissement personnel au travail ou réduction de l’efficacité professionnelle.

Vous êtes victime de ce processus, prenez rendez-vous au cabinet ou en visio :

Burn out : les signes cliniques

Ce syndrome peut se traduire par des manifestations plus ou moins importantes, d’installation progressive et souvent insidieuse, en rupture avec l’état antérieur, notamment (liste non exhaustive) :

  • émotionnelles : anxiété, tensions musculaires diffuses, tristesse de l’humeur ou manque d’entrain, irritabilité, hypersensibilité, absence d’émotion ; ´ cognitives : troubles de la mémoire, de l’attention, de la concentration, des fonctions exécutives,

  • comportementales ou interpersonnelles : repli sur soi, isolement social, comportement agressif, parfois violent, diminution de l’empathie, ressentiment et hostilité à l’égard des collaborateurs ; comportements addictifs,

  • motivationnelles ou liées à l’attitude : désengagement progressif, baisse de motivation et du moral, effritement des valeurs associées au travail ; doutes sur ses propres compétences (remise en cause professionnelle, dévalorisation),

  • physiques non spécifiques : asthénie, troubles du sommeil, troubles musculo-squelettiques (type lombalgies, cervicalgies, etc.), crampes, céphalées, vertiges, anorexie, troubles gastro-intestinaux.

Burn out : les facteurs de risque

La recherche des facteurs de risque commence par l’analyse des conditions de travail. Cette analyse repose sur une démarche structurée, coordonnée par le médecin du travail avec l’appui de l’équipe pluridisciplinaire (ergonome, psychologue du travail, etc.). Elle peut s’appuyer sur les six catégories de facteurs de risque psychosociaux suivantes tirées du rapport Gollac5 :

  • intensité et organisation du travail (surcharge de travail, imprécision des missions, objectifs irréalistes, etc.),

  • exigences émotionnelles importantes avec confrontation à la souffrance, à la mort, dissonance émotionnelle,

  • autonomie et marge de manœuvre,

  • relations dans le travail (conflits interpersonnels, manque de soutien du collectif de travail, management délétère, etc.),

  • conflits de valeurs,

  • insécurité de l’emploi.

L’analyse doit également porter sur les antécédents personnels et familiaux, les événements de vie, la qualité du support social et le rapport au travail. Le risque de développer un syndrome d’épuisement professionnel peut être associé à des antécédents dépressifs, à certains traits de personnalité pouvant limiter les capacités d’adaptation (coping).


Ces facteurs individuels ne peuvent servir qu’à préconiser une prévention renforcée, et ne sauraient bien sûr en aucun cas constituer un élément de sélection des travailleurs, ni exonérer la responsabilité des facteurs de risque présents dans l’environnement de travail.


Burn out : prise en charge et accompagnement

La prise en charge des aspects médico-socioprofessionnels et psychologiques est indispensable.

L'hypnose thérapeutique est recommandée dans l'accompagnement du burnout. L’Hypnose thérapeutique fait partie des médecines alternatives et le nombre de séances varie selon les personnes et l'objectif à atteindre.


16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout