LES ADDICTIONS : "Du plaisir à la dépendance"

Dernière mise à jour : 17 déc. 2021

Les addictions sont des pathologies cérébrales définies par une dépendance à une substance ou une activité, avec des conséquences délétères. Les chercheurs tentent de mieux décrire les mécanismes impliqués dans l’apparition, le maintien et les rechutes des addictions. Ils essaient aussi d’en identifier les facteurs de vulnérabilité individuels, sociétaux et environnementaux, pour permettre une meilleure prévention et prise en charge.


Pour mieux comprendre

L’addiction est une pathologie qui repose sur la consommation répétée d’un produit (tabac, alcool, drogues…) ou la pratique anormalement excessive d’un comportement (jeux, temps sur les réseaux sociaux…) qui conduit à :

  • une perte de contrôle du niveau de consommation/pratique

  • une modification de l’équilibre émotionnel

  • des troubles de l'humeur, du comportement, ...

  • des perturbations de la vie personnelle, professionnelle et sociale,

  • ...

Diversité d’addictions

Les addictions les plus fréquentes sont celles relatives aux substances psychoactives comme par exemple :

  • tabac, alcool, médicaments, colles, solvants, cannabis, ecstasy, ...

Toutes provoquent un effet immédiat sur les perceptions, l’humeur et le comportement, à un degré variable, et exposent à un risque de dépendance plus ou moins rapide et plus ou moins sévère.

Les addictions liées à des pratiques, comme :

  • Jeux d’argent, jeux vidéo, sexe, réseaux sociaux, achats compulsifs, ...

Des produits/pratiques au potentiel addictif variable

Du côté du produit, l’addiction peut s’installer plus ou moins rapidement : après une ou quelques prises (crack, cocaïne...), plus progressivement, voire très lentement (alcool, jeux…). Tout dépend du potentiel addictif de la substance ou de la pratique, qui dépend lui-même de la nature et de l’intensité de son interaction avec les neurotransmetteurs. Le tabac, puis l’héroïne, la cocaïne ou l’alcool sont ainsi les produits les plus à risque et dont la consommation problématique est la plus fréquente. Concernant les jeux vidéo, ceux « en réseau », notamment en mode multi-joueurs, sont réputés plus addictogènes que les autres.


Des facteurs environnementaux

Enfin, l’influence de l’environnement est aussi déterminante. Par exemple, l’addiction au cannabis est fortement associée au fait d’avoir eu des amis fumeurs au moment de l’adolescence.


Des conséquences multiples, médicales, personnelles et sociales

L’installation d’une addiction engendre de multiples conséquences qui s’installent dans un délai plus ou moins court et dont l’issue peut être sévère, voire tragique.


Les premières conséquences sont spécifiques de l’addiction et sont immédiates. Euphorie, perte de contrôle, diminution du stress, désinhibition : elles varient selon la nature de la substance ou de la pratique.


Dans un second temps, s’installent les symptômes liés à l’exposition chronique et répétée, associés aux phénomènes de tolérance et de sevrage.


Des conséquences sur la vie quotidienne

Les secondes conséquences sont d’ordre comportemental : la consommation ou la pratique envahit progressivement la vie quotidienne de la personne dépendante et peut avoir des répercussions délétères sur sa vie familiale, relationnelle et professionnelle. Elles engendrent un risque progressif accru d’isolement, de marginalisation, de stigmatisation, de perte d’emploi ou de déscolarisation, …


Des complications à longs termes

Les addictions ont des répercussions médicales, psychologiques et psychiatriques sur le long terme. Une consommation chronique a en effet des conséquences médicales propres, en parallèle du processus addictif. Une modification du caractère (impulsivité, troubles de la mémoire, de l’attention…) et des troubles de l’humeur (notamment une anxiété) s’instaurent progressivement.

Des complications sont spécifiquement associées à certaines addictions : risque cardiovasculaire ou de cancer avec le tabac, risque cognitif ou tumoral avec l’alcool, troubles neurologiques et psychiatriques chez consommateurs réguliers de nombreuses drogues illicites, ...


La prise en charge : sevrage et accompagnement

La prise en charge d’une addiction est multidisciplinaire et nécessite le plus souvent l’association d’un traitement médicamenteux (Addictologue, Médecin, Psychiatre,...) et d’une prise en charge psychologique, l’Hypnose est une des pratiques recommandées pour accompagner une personne souffrant d’addictions. Le nombre de séances varie, il compte en moyenne 3 à 5 rendez-vous, que ce soit en cabinet ou en visio.

L'addiction "Paroles d'experts"


Séance d'auto-hypnose "Libérez-vous de vos addictions"



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout